Coopération, Impact

Collaboration et partenariat en vue d’atteindre l’autosuffisance en riz en Afrique occidentale

l’Offensive riz de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)

La chaîne de valeur du riz en Afrique se caractérise par des rendements insuffisants, la faiblesse du processus de transformation et une mauvaise articulation entre ses divers éléments. Il convient de surmonter ces obstacles pour réduire la dépendance à l’importation et aider de nombreux pays africains à devenir autonomes.
Actuellement, la hausse du rendement du riz ne couvre pas la totalité des besoins de la demande interne des populations d’Afrique, de plus en plus nombreuses, mais seulement une part (60 %).

« Le Nigéria importe du riz pour un montant journalier de 5 millions de dollars US. » (Chef Audu Ogbeh, ancien ministre fédéral de l’Agriculture et du Développement rural du Nigéria)

Dans cette optique, il ne suffit pas d’exécuter en continu des projets isolés pour mettre en relation les agriculteur·rice·s avec les marchés qui favorisent la sécurité alimentaire. Il convient au contraire d’adopter des approches holistiques de la chaîne de valeur, qui prennent en compte les perspec-tives multidimensionnelles au sein des systèmes alimentaires (en améliorant la nutrition et les moyens de subsistance tout en gérant durablement les ressources naturelles). Ces approches doi-vent être développées collectivement, afin de bénéficier au plus grand nombre. S’il convient d’effectuer des investissements nationaux et régionaux dans les infrastructures, il est indispen-sable d’adopter une approche régionale de la coordination et de la collaboration ainsi qu’une bonne gouvernance à tous les niveaux. Pour atteindre cet objectif, il faut opérer une transforma-tion réelle et modifier et repenser en profondeur les chaînes de valeur. Par conséquent, une ap-proche multi-acteurs réunissant divers groupes de parties prenantes, comme l’initiative CARI, le partenariat multi-acteurs MAP4Rice et la CEDEAO, est indispensable pour réunir différentes exper-tises et ressources.

L’autosuffisance en riz de la région de la CEDEAO est très variable et dépend beaucoup des impor-tations à partir de l’Asie. C’est la raison qui a conduit au lancement de l’Offensive riz de la CE-DEAO :

L’« Offensive riz » a démarré en 2015 avec pour objectif de relancer et soutenir durablement la riziculture en Afrique de l’Ouest, tout en appuyant les stratégies nationales de développement rizicole (National Rice Development Strategies, NRDS) des États membres, afin d’atteindre l’autosuffisance en riz d’ici à 2025.

L’« Offensive riz » revêt la forme d’un programme décennal qui a pour objectif de réaliser un taux de croissance annuel de la production rizicole de 5,6 % et de dépasser le taux de hausse de la con-sommation prévu à 4,4 %. En outre, le programme prévoit quatre domaines d’intervention pour remédier aux principales difficultés de l’économie rizicole régionale.

En bref, le but est de réduire les importations à zéro d’ici à 2025 en développant les quatre do-maines d’intervention. Pour réaliser cet objectif, les besoins liés à la hausse de la demande doivent être couverts par la production locale et/ou régionale. Ainsi, dans les années à venir et jusqu’en 2025, la CEDEAO et ses États membres vont constamment renforcer la hausse de la production et du rendement rizicoles, la promotion des marchés régionaux et locaux du riz et l’amélioration des politiques et du contexte (publics) concernant le riz.

Retour